54 minutes de Marieke Nijkamp

 
Le synopsis :

10 h 08 – KEVIN
Mec, il se passe quoi ?
Réponds-moi !

10 h 09 – SYLVIA
Tyler est revenu.

10 h 11 – MATT.
Claire j’ai trop peur.
Il tire sur les gens. Qu’est-ce que je fais ?
CLAIRE DÉCROCHE S’IL TE PLAÎT !

10 h 27 – AUTUMN
Ça ne peut pas être vrai.
Ça ne peut pas être Ty.
Ça ne peut pas être mon frère.

10 h 30 – TYLER
Aujourd’hui vous m’appartenez tous.
Aujourd’hui vous allez m’écouter.

Mon avis:

Etant en licence d’anglais, j’avais l’impression que je ne pouvais pas passer à côté de la sortie de ce livre. Et je n’ai pas pu m’empêcher de l’acheter dès sa sortie. Et je l’ai dévoré dès qu’il a atterri dans ma PAL.

La couverture a été décisive dans ma volonté d’acheter ce livre. Je ne voulais pas trop en connaître sur l’histoire en elle-même, que ça allait parler d’un attentat dans un lycée me suffisait amplement. En revanche, la couverture me parlait beaucoup. J’adore ce type de couverture, dans le sens où j’aime ce qui est épuré, mais qui, en même temps, donne un maximum d’informations sur ce dont va parler le livre. Ici, rien que les craies de différentes couleurs et brisées indiquent un coup de feu qui peut briser plusieurs vies en même temps.

Et c’est exactement ce dont va traiter ce livre : comment des vies peuvent être briser en seulement 54 minutes et par une seule personne. J’ai vraiment bien aimé cette histoire qui traite de beaucoup de problématiques actuelles aux Etats-Unis avec en tout premier lieu : le gun power. En effet, comment un lycéen peut-il se retrouver en possession d’une arme à feu qu’il va utiliser contre ses camarades de classe ? Et surtout comment peut-il arriver à viser au point de n’avoir aucune balle perdue ? Ensuite, le livre aborde aussi la problématique des fusillades dans les lycées, puisqu’on entend beaucoup parler de ces fusillades qui sont meurtrières où des adolescents tirent sur d’autres adolescents. Il y a aussi une mini problématique sur le harcèlement, même si elle n’est pas hyper développée. Ce qui l’est beaucoup plus en revanche, c’est la thématique de l’homosexualité et comment on peut se faire harceler, voire plus, lorsqu’on ne rentre pas dans les clous de la société et que ça dérange certaines personnes. L’une des dernières problématiques d’actualité que ce livre aborde, c’est celle du journalisme. Tout au long du livre, on voit qu’une fois que l’information de la fusillade est lancée, les journalistes entrent en piste et deviennent parfois oppressant, voire parfois ils sont carrément antipathiques. Ils ne prennent pas en compte la situation et sont prêt à tout pour obtenir n’importe quelle information, voire même la plus futile. Bref, ce livre aborde beaucoup de thématiques sociétales, si on prend le temps de voir plus loin que juste un livre pour se divertir.

Ce que j’ai aussi beaucoup aimé dans ce livre, c’est le nom de la ville : Opportunity. Je pense que l’auteur a penser au paradoxe que ça allait créer. Opportunité, et pourtant, c’est ici que tout s’achève, que l’opportunité qui était promise est reprise, sans même avoir pu être saisie. J’ai vraiment trouvé ça super intéressant.

Ce qui a été un peu a double tranchant pour moi, ce sont les différents points de vue. Autant j’adore ça, parce que les perspectives multiples, utiliser à bon escient et qui font vraiment avancer l’histoire, ça peut être super intéressant. Autant là, j’avais vraiment du mal à me souvenir de qui était relié à qui et par quel lien, et plus l’histoire avançait plus des liens étaient révélés et plus j’avais du mal à suivre. Bref, j’ai bien aimé cet aspect de points de vue multiples, en revanche je trouvais que c’était super dur de suivre tout le monde au bout d’un moment.

Sinon en elle-même, j’ai bien aimé l’histoire, même si ça n’a pas été un franc coup de cœur. Je pensais vraiment que l’histoire me marquerait pendant longtemps et pourtant, au bout d’une semaine j’avais déjà oublié pas mal de détails. Malgré tout, il y a beaucoup d’aspects du livre que j’ai adoré : les problématiques abordées tout au long du livre et qui font réfléchir, les points de vue, les choses qui se révèlent au fur et à mesure avec des bonds passé/présent, des chapitres qui commencent par un laps de temps (et où on voit qu’il peut se passer énormément de choses en très peu de temps) et des fins de chapitre avec des pages de blog ou twitter sur l’événement.

Je recommande vraiment cette lecture qui invite à réfléchir sur ce qu’il se passe dans l’actualité. En revanche, je pense que si l’on veut vraiment se garder la grosse révélation, soit qui est le tireur, il vaut mieux ne pas lire la quatrième de couverture qui nous spoile tout. Enfin, je conseille aussi d’être bien concentré et accroché pour apprécier ce livre à sa juste valeur.

Et la petite citation de fin et qui résume si bien ce livre :

« La mort apporte la vie ; la vie apporte la mort. »

Crédit :
Images provenant d’Internet

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s